Cabinet d’ostéopathie

Geneviève KERMORGANT

Ostéopathie et fertilité

 

Alors que la baisse de la fertilité est de plus en plus documentée (masculine et féminine), et que de nombreux facteurs sont incriminés : 

-   Individuel (troubles du poids, stress, médicaments, tabac, alcool, drogues…) 

-  Sociétal (La baisse de la fertilité est variable selon les pays et les continents : la fécondité d’un individu varie en fonction de son pays …..d’adoption !…) 

-   Environnemental : les perturbateurs endocriniens* sont largement incriminés (phtalates : textiles, cosmétiques, colles, peintures … ; pesticides etc.) 

Quel peut être l’apport de l’ostéopathie dans le parcours d’aide à la procréation ?

 

Pourquoi l’ostéopathie peut-elle être une aide en cas de troubles de la fertilité ? 

Car de nombreux blocages ostéopathiques peuvent être à l’origine d’une difficulté à procréer : 

Voici quelques exemples succincts : 

blocage du sacrum, des iliaques, ou du coccyx : ils sont le site d’insertion des ligaments de la sphère gynécologique. Ainsi, en cas de restriction de mobilité du bassin, des tensions anormales peuvent apparaître sur ces ligaments, puis sur l’utérus perturbant sa mobilité, et altérant alors sa fonction reproductrice….

 

Blocages vertébraux et en particulier au niveau des vertèbres dorsales et lombaires: entre les vertèbres passent des racines nerveuses se rendant à l’utérus (plexus hypogastriques et ovarique). Ainsi, une restriction vertébrale peut alors être à l’origine d’un trouble de la contractilité de l’utérus, ce qui est à éviter. Ces mêmes vertèbres participent également à la régulation de la vasomotricité (circulation) au niveau de la sphère gynécologique. Une bonne vascularisation de l’utérus est, évidemment, indispensable à toute grossesse. 

 

Restriction de la sphère crânienne. Au centre du crâne se trouve l’hypophyse, chef d’orchestre de la régulation hormonale. Or tout traumatisme sur le crâne, peut avoir perturbé son fonctionnement, via les os crâniens et les membranes intracrâniennes. Ce qui sera à libérer pour un fonctionnement optimum.

 

Perturbation de l’axe hormonal : un déséquilibre fonctionnel de l’axe endocrinien (hypophyse, épiphyse, thyroïde, foie, pancréas, rate, surrénales ou ovaires) peut perturber la fertilité, et tout stress, physique ou émotionnel, peut influencer sur l’équilibre endocrinien ou nerveux, ce qui donne une idée de la fréquence des perturbations fonctionnelles de l’axe hormonal… (ce qui est à différencier d’une pathologie organique qui est du domaine médical).

 

Blocages de la sphère gynécologique : Par exemple, des tensions du périnée peuvent être présentes suite à des accouchements, des avortements mais aussi des peurs (!) et ainsi limiter la mobilité de toute la région gynécologique. Des adhérences ou restrictions de mobilité gynécologique, peuvent être retrouvées en cas d’endométriose, d’antécédents de chirurgies pelviennes ou même abdominales, mais aussi en cas de congestion pelvienne, et l’ostéopathie peut y apporter alors une aide précieuse. Il est tellement important et encore d’actualité de faire savoir aux femmes que la douleur n’est jamais « normale » ! Oui il est possible, et même physiologique, d’avoir des règles ou des relations sexuelles non douloureuses ++++ 

 

Quand l’ostéopathie peut-elle être une aide en cas de troubles de la fertilité ? 

 Si l’âge de la femme est supérieur à 35 ans, ou que le désir de grossesse est présent depuis plusieurs années sans succès, il convient de faire un bilan médical de la fertilité, avant de consulter en ostéopathie : 

- Avec l’âge, la fertilité naturelle baisse, alors un suivi ostéopathique peut être indiqué en parallèle d’une aide médicale à la procréation si l’horloge  biologique de la femme presse …

Face à une durée d’infertilité supérieure à un an, et ce même chez des femmes « jeunes », il convient de s’assurer que la réserve ovarienne de nos patientes, est satisfaisante (bilan hormonal et échographique)… Il est en effet, de plus en plus fréquent, de recevoir en consultations des femmes présentant une insuffisance ovarienne précoce, et dans ces cas-là aussi, il est indiqué que le suivi ostéopathique soit complété d’un traitement médical, et d’une recherche d’intolérance alimentaire. 

 

Dans les autres cas, un rendez vous pourra être fixé à un moment précis du cycle menstruel, selon le but recherché : 

- stimuler l’ovulation, 

- réguler le cycle, 

- diminuer les problèmes de congestion pelvienne 

- éviter les fausses couches etc…. 

Le premier rendez vous, quant à lui, peut être prévu à n’importe quelle période du cycle. 

 

Comment ? 

Le traitement se fait de la tête aux pieds ! Le choix des techniques sera toujours adapté à chaque femme, son histoire, ses antécédents, et ses besoins. Les traitements sont doux et indolores.

*perturbateurs endocriniens, selon l’OMS (2002) : « substances chimiques d'origine naturelle ou artificielle étrangères à l'organisme. Elles peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire des effets néfastes sur l'organisme d'un individu ou sur ses descendants ».

 

Sources d’informations utiles :