Cabinet d’ostéopathie

Geneviève KERMORGANT

Ostéopathie et maternité

Anne geddes

 

Le suivi ostéopathique au cours de la grossesse a plusieurs indications :

  • Il permet d’éviter ou de diminuer l’importance et la fréquence des petits maux fréquemment rencontrés chez la femme enceinte :

- Les douleurs du bassin, de la colonne vertébrale, du coccyx, de la symphyse pubienne, ou les sciatalgies 

- Les nausées 

- Les remontées gastriques 

- La congestion pelvienne et circulatoire 

- Les maux de tête ou les congestions nasales 

- Les troubles du sommeil 

- Mais aussi les peurs de l’accouchement …

 

  • Mais aussi :  

En cas de contractions précoces : le traitement ostéopathique peut être une aide précieuse, en cherchant les origines, locales ou à distance, qui peuvent créer une augmentation du tonus de l’utérus. Ainsi, restaurer une mobilité correcte des vertèbres, ou du bassin, laissant libre passage aux racines nerveuses et vasculaires, se rendant à l’utérus, permet d’avoir une diminution du tonus du muscle utérin. L’équilibre hormonal sera également à restaurer (thyroïde, surrénales…)

En préparation à l’accouchement, pour préparer un « toboggan maternel » et favoriser une position fœtale adéquate pour l’accouchement par voie basse : 

- En effet, s’assurer, par exemple, que le bassin (sacrum, iliaques, coccyx, et hanches) est fonctionnel en vue de l’accouchement, est une des priorités de l’ostéopathe : C'est-à-dire libérer les blocages ou manques de mobilité articulaire, musculaire ou émotionnel, qui pourraient entraver les différents stades de la naissance (engagement, la rotation et l’expulsion). Ainsi, s’assurer de la liberté de la « mécanique maternelle », permet d’augmenter les diamètres disponibles pour le bébé et de favoriser un accouchement physiologique. 

- Si le bébé n’est pas en position optimale en vue de l’accouchement (présentation céphalique et dos à gauche), le traitement ostéopathique recherchera si des tensions ou blocages maternels ne sont pas à l’origine de cette position fœtale. 

 

A quel moment de la grossesse est-il indiqué de consulter en ostéopathie ? 

L’ostéopathie peut être pratiquée tout au long de la grossesse, chaque traitement étant spécifique au stade de grossesse, et aux antécédents de la femme enceinte. 

 

Au cours du premier trimestre 

Il existe souvent des appréhensions quant à la prise en charge thérapeutique de la femme enceinte, en raison des risques des avortements spontanés. Mais, un des buts de l’ostéopathie au cours de ce premier trimestre, est justement de libérer les blocages qui peuvent influencer sur le bon déroulement de la grossesse. Ainsi par exemple, une dysfonction des vertèbres lombaires peut avoir comme conséquence une contractilité augmentée de l’utérus, ou une perturbation de l’apport sanguin au niveau de l’artère utérine, responsable de la vascularisation du fond de l’utérus, zone d’insertion élective du placenta….Alors, oui, il est essentiel de traiter aussi les femmes au cours du premier trimestre de grossesse et particulièrement les femmes ayant déjà vécu des avortements spontanés, avec comme condition, une approche précise et spécifique de leurs antécédents.    

 

 

 

Au cours du deuxième trimestre 

Il s’agit, en général, du trimestre le plus « facile » : les peurs des fausses couches sont moins présentes, et le volume de l’utérus autorise encore une mobilité satisfaisante. Il est fréquent, à ce stade de la grossesse, de voir apparaître des douleurs articulaires lombaires, ou du bassin, liées entre autres, aux changements posturaux auxquels la femme doit pouvoir s’adapter.

 

Au cours du troisième trimestre 

Le rôle de l’ostéopathe sera, davantage, au cours de ce trimestre la préparation à l’accouchement. Ainsi, le but du suivi ostéopathique est alors, entre autres,  d’enlever les blocages articulaires, mais aussi de rééquilibrer les tensions musculaires pour faciliter l’accouchement. Une attention particulière sera donnée aux muscles psoas, pyramidal et périnée, véritables rails d’engagement, et de rotation du bébé. Ainsi en cas de restrictions de ces structures, le bébé se voit limité dans sa progression, et est positionné, dépendamment du bassin de sa mère, et de ses blocages…. D’où l’intérêt de rééquilibrer ses tensions avant la naissance, afin de lui permettre de se placer où il veut, et non pas où sa mère le lui permet !!!!!

 

Comment ?

Le traitement se fait toujours dans la globalité, et les techniques utilisées sont douces, non forcées, sans douleur, proposées en fonction de la réaction des tissus de la femme enceinte.